Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?
Adhésion au groupe : Accès restreint
Visibilité : Lecture : Public
Actualités, vie du réseau, orientations régionales et synthèses



Dernières publications dans Vie du réseau FormaVia

Lettre d'information FormaVia - Mars 2013 (Accès: Lecture : Public)

le 19 Mars 2013 par Florian Daniel   Commentaires (0)

, ,

actualité

Lettre d'information - Mars 2013

Le réseau FormaVia - outil opérationnel de la DFC - accompagne les acteurs de la formation continue et de la médiation numérique à développer leurs pratiques numériques professionnelles pour accompagner le grand public à s'approprier les usages de façon critique et démocratique. Cette lettre présente l'actualité du réseau.   

 

Enquête ODIDE : compétences numériques en Rhône-Alpes

La communauté ODIDE (Offre DIsponible et à DEvelopper) rassemble des professionnels de la formation et Espaces Publics Numériques (EPN) autour de la promotion des projets TIC et Formation en Rhône Alpes. Elle a réalisé une enquête sur les compétences numériques en Rhône-Alpes de septembre à novembre 2012. Vous pouvez visualiser une infographie faisant la synthèse des résultats ou consulter le document présentant l'ensemble des résultats.   Lire la suite 

 

Compétences numériques professionnelles

Les membres de communauté "Compétences Numériques Professionnelles" (acteurs de la formation continue et de la médiation numérique) ont décidé de travailler à l'élaboration d'un cahier des charges à même de permettre la mise en place d'une offre de formation "compétences numériques" adaptée aux besoins de l'ensemble des acteurs concernés.   Lire la suite

 

MOOC, classe inversée, mobile learning...

La veille sur les réseaux permet de repérer des tendances, des pratiques innovantes et ses usages. FormaVia propose un fil de veille où sont rassemblés ses trouvailles, actualisé chaque jour. Deux sujets ont fait l'actualité ces derniers mois et questionnent l'organisation pédagogique : les MOOC et la classe inversée. Présentation de ces phénomènes.  Lire la suite

 

On s'active autour du B2i Adultes et du Passnumérique

- "Comment traduire simplement le fait de savoir "nommer et utiliser les dispositifs de pointage et de saisie".... comment le dire simplement pour que tout un chacun puisse comprendre de quoi il s'agit... parce qu'au final, il s'agit de reconnaitre une souris, d'un clavier ?!"
... autant de questions que se posent animateurs EPN et formateurs OF qui passent au crible les exemples de critères de réussite du B2i adultes. Pourquoi faire ce travail ?  Lire la suite

 

La VAE : l'occasion de faire reconnaitre le métier d'animateur EPN

Ils sont une dizaine autour d’une table, clapotant leur clavier d'ordinateur ou griffonnant énergiquement un papier. Ils semblent s'ignorer, tellement ils sont absorbés par ce qu'ils font. Ils sont en atelier d’écriture... ils décrivent leurs activités, ce qu’ils savent faire au quotidien dans leur métier d’animateur EPN.   Lire la suite

 

Equipe FormaVia et plateforme

 En 2013, l'équipe d'animation du réseau évolue et s'étoffe. Pour le réseau FormaVia, l'objectif de l'année est d'accompagner la montée en puissance du B2i adultes et de mettre en place une offre autonome de formation aux compétences numériques professionnelles.   Lire la suite

 

Particip'Actions

Depuis le mois d'octobre 2012 un nouvel espace communautaire se développe, porté par le réseau : celui du projet Particip'Actions. Cette communauté se constitue autour d'une expérimentation d'une année, menée par la Région Rhône-Alpes qui se propose d'expérimenter dans dix lycées, CFA et écoles de production de la Région Rhône-Alpes des démarches de démocratie participative.   Lire la suite

 

Veille de FormaVia

FormaVia, c'est aussi une veille au quotidien sur les usages, les outils et les pratiques du numérique au service de la formation. Vous pouvez suivre le fil d'information sur la page d'Accueil de l'espace "Communautés", et retrouver tous les article dans le groupe de veille collaborative

 

On s'active autour du B2i Adultes (Accès: Lecture : Public)

le 11 Mars 2013 par Jézabel Roullée   Commentaires (0)

,

On s'active autour du B2i Adultes et du Passnumérique 

- "Comment traduire simplement le fait de savoir "nommer et utiliser les dispositifs de pointage et de saisie".... comment le dire simplement pour que tout un chacun puisse comprendre de quoi il s'agit... parce qu'au final, il s'agit de reconnaitre une souris, d'un clavier ?!"

- "et.... est-ce que le fait de savoir télécharger 3 photos en creative commons est suffisant pour valider la compétence D331"

... autant de questions que se posent animateurs EPN et formateurs OF qui passent au crible les exemples de critères de réussite du B2i adultes.  

Ce type d'échange s'intensifie au sein de la CoP, d'autant que cela fait quelques mois qu'OF et EPN viennent d'obtenir leur agrément pour le B2i adultes. En effet "Tout centre public ou privé dont l'activité est en lien avec la formation ou l'animation des adultes peut soumettre une demande auprès du rectorat de sa circonscription académique dans le but de devenir centre agréé." (cf circulaire du 30 aout 2012)

Différentes ressources en CC sont produites dans le cadre de groupe Formavia formé depuis novembre 2011 : questionnaire d'entretien préalable, exemples de critères, personnatableur de synthèse des compétences pour un candidat, fiches de mise en situation

Du coup, dans quelques semaines, ils vont accompagner leurs 1er stagiaires au B2i adultes, les questions fusent (cf FAQ), le groupe se prepare et se projette dans l'excercice d'évaluateur B2i adultes.

La communauté s'est fixée une feuille de route pour les prochains mois : 

  1. construire un test de positionnement en ligne sur la plateforme FormaVia, compréhensible par tous, que tous candidats au B2i adultes pourrait passer.
  2. s'accorder et réfléchir sur des exemples de critères qui valident une compétence pour ensuite les prioriser, cela permet de se projetter sur les activités qu'un évaluateur peu proposer, cela permet d'engager le dialogue entre oF et EPN qui n'ont parfois pas les mêmes attendus vis à vis d'un candidat dans le domaine des compétences numériques.

e Parlement européen a publié une recommandation sur les "Compétences clés pour l'éducation et la formation tout au long de la vie", le 18 décembre 2006. La 8ème compétence est la compétence numérique.

La compétence numérique est la 8ème compétence clés pour l'éducation et la formation tout au long de la vie est le fer comme l'a défini le parlement européen. C'est l'une des fonctions du réseau FormaVia et de ses membres.  

Désormais le citoyen rhonalpins pourra désormais acquérir une culture numérique au travers du Passnumérique lancé par le Conseil Régional Rhône-Alpes et des compétences avec le B2I qui se généralise. Les dispositifs sont appropriés par une communauté d'acteurs, qui se prépare, adapte le cursus de formation pour inciter les apprenants à faire le point sur leurs compétences numériques.

La prochaine rencontre de la CoP est prévue le 8 ou le 15 avril, la parité étant de mise, merci d'en profiter pour faire votre choix : http://doodle.com/z3haw6q7pny9mtqc73sw45e6/admin?#table

Equipe d'animation et amélioration de la plateforme (Accès: Lecture : Public)

le 11 Mars 2013 par François Duport   Commentaires (0)

Equipe FormaVia et plateforme

En 2013, l'équipe d'animation du réseau évolue et s'étoffe. En effet, Olivia Vernier sera moins présente dans les différents projets. Désormais, c'est Stéphanie Lucien-Brun qui animera les communautés ODIDE et Compétences numériques professionnelles. Celle-ci connait très bien les membres du réseau et a participé activement aux dernières expérimentations. C'est donc un changement dans la continuité. 

D'autres part, Jézabel Roullée sera en congé parental quelques mois. Elle sera secondée dans ses tâches par Franck Hashas. Celui-ci va également piloter l'amélioration ergonomique et éditoriale de la plateforme. Plusieurs pistes sont à l'étude mais le projet sera présenté à un panel représentatif de participants au réseau. 

Pour FormaVia, l'objectif de l'année est d'accompagner la montée en puissance du B2i adultes et de mettre en place une offre autonome de formation aux compétences numériques professionnelles. 

La VAE : l'occasion de faire reconnaître le métier d'animateur EPN (Accès: Lecture : Public)

le 8 Mars 2013 par Jézabel Roullée   Commentaires (0)

La VAE : l'occasion de faire reconnaitre le métier d'animateur EPN

Ils sont une dizaine autour d’une table, clapotant leur clavier d'ordinateur ou griffonnant énergiquement un papier. Ils semblent s'ignorer, tellement ils sont absorbés par ce qu'ils font. Ils sont en atelier d’écriture... ils décrivent leurs activités, ce qu’ils savent faire au quotidien dans leur métier d’animateur EPN. 

Ils font partie d'un groupe de 20 animateurs a avoir répondu en février dernier à l’appel des réseaux Coraia et Formavia avec le partenaire DAVA pour faire une VAE qui leur permettent enfin de  valider des compétences dans leurs métiers d’animateurs multimédia. 

Le groupe les motive « on se sent dans le même bateau » et leur permet de garder un pied à l’étrier pour finir un projet personnel qui leur tient à cœur et qui représente un véritable enjeu pour leur parcours professionnel : valider un savoir-faire, des compétences, changer de métier et se légitimer dans ses nouvelles fonctions. 

Passer un diplôme dans le cadre d'une VAE, faire certifier des compétences numériques via un B2i ou se mesurer à un C2I2e sont des choix parmi d'autres qui ne sont motivés que par la seule envie de formaliser et faire reconnaître un métier qui peine à se faire reconnaître et pour lequel aucun code ROME n'existe.

Deux prochains ateliers d'écriture sont programmés le jeudi 4 avril et le jeudi 16 mai. Les animateurs engagé en 2011/2012 qui sont quasiment prêt pour boucler leur VAE sont grandement attendus. Accordez-vous 2 jours pour avancer dans votre VAE. Le DAVA vous transmettra d'ailleurs une convocation pour vous aider à vous extraire du travail et organiser votre absence.

Compétences numériques professionnelles: de l'importance de la formation.. (Accès: Lecture : Public)

le 7 Mars 2013 par Stéphanie Lucien-Brun   Commentaires (0)

,

communautés de pratiques

 Les membres de communauté "Compétences Numériques Professionnelles" (acteurs de la formation continue et de la médiation numérique) ont décidé de travailler à l'élaboration d'un cahier des charges à même de permettre la mise en place d'une offre de formation "compétences numériques" adaptée aux besoins de l'ensemble des acteurs concernés.
 
Ce travail se fonde sur les réflexions menées depuis plusieurs années au sein du réseau sur le besoin d'accompagner la professionnalisation numérique des formateurs, animateurs numériques, professionnels de l'orientation, responsables de structures et autres professionnels concernés par les usages numériques. Il s'appuye également sur les résultats de l'enquête ODIDE (infographie) et sur les résultats intermédiaire d'évaluation des phases 1 et 2 de l'expérimentation C2i2e.
Depuis janvier 2013, un groupe de travail "moteur" composée d'une quinzaine de personnes issues d'organismes différents, s'est attelé à définir les contours d'une offre de formation permettant de monter graduellement en charge pour répondre à trois objectifs principaux:
 
1. Soutenir la professionnalisation des acteurs
Ceci passe par la montée en compétences de tous les professionnels de la formation professionnelle et de la médiation numérique et par une prise en compte réelle de l'hétérogénéité des attentes et compétences existantes.
 
2. Proposer un parcours de formation ancré dans les situations professionnelles et modulable en fonction des profils, des besoins et des certifications liées
Ceci reposera sur une articulation entre apports pratiques et théoriques, soutien à l'émulation entre pairs et accompagnement des phases de mises en oeuvre et de construction d'une reflexivité.
 
3. Répondre aux attentes des parties prenantes en terme d'attractivité, de réactivité, d'ouverture et d'évolutivité de l'offre
L'attractivité reposera sur le type de contenus proposé, la fiabilité du dispositif et la modularité des modalités de suivi. La réactivité permettra une montée en charge et une adaptation continue du tutorat. L'ouverture concerne aussi bien les contenus pédagogiques mis à disposition en licence Creative Commons que l'ouverture des formes de participation possibles au parcours. Et l'évolutivité permettra une incrémentation continue des contenus, à la fois par la co-production de la communauté apprenante et la mutualisation de la veille (entre autres).
 
Ce travail de construction du cahier des charges se concentre maintenant sur l'identification des modèles économiques possibles permettant de toucher le plus grand nombre de professionnels, à un niveau constant de qualité et d'individualisation des parcours.
Dans cette phase de travail, les membres de la communauté souhaitent renforcer l'implication des responsables de structures et organismes partenaires afin d'identifier les leviers permettant de former le maximum de personnes possibles.
 
Pour participer aux travaux de la communauté, il siffit de s'inscrire au groupe de travail de la plateforme. Le cahier des charges finalisé sera largement ouvert et devra permettre d'engager une discusssion entre toutes les parties prenantes pour une mise en oeuvre rapide et effective.

Particip'Actions - une nouvelle communauté au sein du réseau Formavia (Accès: Lecture : Public)

le 7 Mars 2013 par Stéphanie Lucien-Brun   Commentaires (0)

réseau social, communautés de pratiques

logo forme Macaron Particip'Actions

Depuis le mois d'octobre 2012 un nouvel espace communautaire se développe, porté par le réseau : celui du projet Particip'Actions. Cette communauté se constitue autour d'une expérimentation d'une année, menée par la Région Rhône-Alpes qui se propose d'expérimenter dans dix lycées, CFA et écoles de production de la Région Rhône-Alpes des démarches de démocratie participative. 

Il s'agit, à partir de projets portés par les élèves et la communauté éducative qui les accompagne, en lien avec leur territoire d'ancrage, de renforcer la participation des adolescents et jeunes adultes aux prises de décision dans la vie de leur établissement scolaire et de formation.

A travers la mise en réseau de l'ensemble des parties-prenantes, notamment via la plate-forme Formavia, une page Facebook le projet Particip'Actions porte l'ambition non seulement d'observer mais aussi de formaliser et partager ce qui rend possible une participation active des adolescents et jeunes adultes à leur environnement de vie.

L'espace communautaire, pour l'instant réservé aux seuls membres actifs du projet en cours, permet de partager un ensemble de documents et de ressources produites dans le cadre du projet : présentation des projets, comptes-rendus de réunions dans les établissements, production du "laboratoire de la participation". 

A travers cet espace s'envisage aussi la possibilité de créer des liens entre parties-prenantes variées (professionnels des établissements concernés, élus et services techniques de la Région, représentants de l'éducation nationale, équipe d'accompagnement du projet) autour de préoccupations communes. 

Le 20 février 2013, lors de la deuxième rencontre des acteurs qui a réuni plus d'une cinquantaine de personnes, un certain nombre de retours ont permis d'envisager les conditions d'utilisation et de participation à la vie de la communauté :

- accompagnement à la découverte de la plate-forme

- simplification de l'accès

- identification rapide des personnes inscrites

- identification de ressources "clés" au développement des projets menés.

Le projet "Particip'Actions" est à mi-parcours et s'achèvera en septembre 2013.

 

Enquête ODIDE : compétences numériques en Rhône-Alpes (Accès: Lecture : Public)

le 4 Mars 2013 par François Duport   Commentaires (0)

Cette infographie constitue la synthèse des résultats de l'enquête menée de septembre à novembre 2012. Vous pouvez également télécharger le document présentant l'ensemble des résultats.

De la classe inversée aux MOOC, une veille active (Accès: Lecture : Public)

le 26 Février 2013 par François Duport   Commentaires (0)

, ,

actualité, culture numérique

La veille sur les réseaux permet de repérer des tendances, des pratiques innovantes et ses usages. FormaVia propose un fil de veille où sont rassemblés ses trouvailles, actualisé chaque jour. Deux sujets ont fait l'actualité ces derniers mois et questionnent l'organisation pédagogique : les MOOC et la classe inversée. Présentation de ces phénomènes.

 

 Classe inversée : le principe est simple. Vous mettez à la disposition de vos stagiaires des ressources pédagogiques à consulter avant la formation. Ces apports théoriques sont proposées sous forme de vidéos plus agréable que de longs textes ou présentations. Le temps de formation est exclusivement consacré à des exercices pratiques et à du soutien personnalisé.  L'objectif est d'être d'avantage dans le faire que dans le savoir. L'avantage surtout, c'est que le temps de la formation devient avant tout un temps d'échanges collectif et d'entraide entre les participants au plus prêt du geste professionnel. Beaucoup de variantes sont possibles, mais la finalité est de passer d’un modèle centré sur le formateur à un modèle centré sur le stagiaire afin de répondre aux besoins individuels de chacun. De nombreuses ressources et témoignages existent en ligne. A chacun ensuite d'inventer sa propre recette. 

MOOC: cet acronyme désigne des cours en ligne ouverts et massifs(en anglais Massive Open Online Course). Le sujet fait polémique. Actuellement, il y a deux approches pédagogiques. Le premier, surnommé xMOOC, consiste à proposer de la ressource pédagogique gratuite avec une progression pédagogique autonome. On est très proche de modèle d'autodidactie. Actuellement seuls 10 % des participants parviennent jusqu'au bout du cours. Le second - cMOOC - est basé sus le modèle connectiviste, ou la connaissance n’est pas définie en amont, mais elle se construit au fur et à mesure que le cours se déroule. Les ressources d’information sont illimitées et chaque participant peu choisir ses propres sources, ses propres contenus afin d’apprendre et construire les savoirs. Ainsi, les cMOOC reposent sur la génération du savoir par les apprenants et leurs interactions. Ce modèle gratuit perturbe singulièrement les organisations éducatives. Et chacun cherche un modèle économique pérenne.  Cette webographie vous donnera tous les liens pour aller plus loin. 

ITyPA - Internet Tout y Est Pour Apprendre - a été le premier MOOC francophone sur le thème "construire son réseau social pour apprendre". Toutes les ressources et échanges sont à votre disposition. Une exploration s'impose. Mais le plus simple est d'essayer. Vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire à deux MOOC francophones qui se dérouleront en 2013 : ABC de la gestion de projet et ReSOP : Les réseaux sociaux comme outils pédagogiques

Au travers de ces deux exemples, le numérique est mis au service d'une pédagogie de plus en plus hybride nécessitant de mixer présence/distance, enseigner/apprendre, dans l'espace et le temps. C'est ce que propose Marcel Lebrun de l'institut de Pédagogie universitaire catholique de Louvain dans sa présentation sur le thème : Des espaces-temps pour la formation et l'apprentissage. De même, la future plateforme Claroline Connect sera centrée non sur le cours, mais sur l'activité.  

 

voeux 2013 (Accès: Lecture : Public)

le 3 Janvier 2013 par François Duport   Commentaires (0)

 

Voilà ce que raconte Wikipédia sur la stratégie Océan bleu. Le livre est plutôt intéressant. Et permet en période de crise de voir le marché autrement. On peut du reste considérer que le numérique dans le secteur de la formation professionnelle constitue encore un océan bleu. 

La Stratégie Océan Bleu est un paradigme d'une stratégie pour entreprises, exposé par W. Chan Kim et Renée Mauborgne, chercheurs au Blue Ocean Strategy Institute à l'INSEAD dans Stratégie Océan Bleu : Comment créer de nouveaux espaces stratégiques1.

Dans cet ouvrage publié pour la première fois en 2005, les auteurs expliquent que la forte croissance et les profits élevés que peuvent générer une entreprise se font en créant une nouvelle demande dans un espace stratégique non contesté, ou Océan Bleu, plutôt qu'au cours d'affrontements avec des fournisseurs existants pour des clients existants dans une activité existante.

Le Concept Océan bleu

La métaphore des océans rouges et océans bleus permet de décrire le marché dans sa globalité. Dans celui-ci, deux types d'activités co-existent.

Les océans rouges sont les activités existantes et représentent l'espace connu du marché. Dans les océans rouges, les frontières de l'activité sont connues et acceptées par les différents acteurs (fournisseurs, clients, prescripteurs, etc.). Les règles de la concurrence sont également connues. Dans les océans rouges, les entreprises essaient de dépasser leurs rivaux en conquérant de nouvelles parts de marché. Pour une entreprise confrontée à cette intensité concurrentielle, il devient de plus en plus difficile de trouver des opportunités de croissance. L'offre se transforme et le produit devient une commodité ou s'inscrit dans des niches de marché. La compétition devient sanglante, d'où le terme d'océan rouge.

Les océans bleus, au contraire, sont constitués de toutes les activités n'existant pas actuellement. Celles-ci constituent donc un marché inconnu, non infecté par la concurrence. Dans les océans bleus, la demande est créée plutôt que conquise. Pour les entreprises, il y existe de nombreuses opportunités pour une croissance rapide et importante. La compétition n'existe pas car les règles du jeu n'existent pas et sont à être écrites. L'océan bleu est une analogie pour décrire l'immensité du potentiel non exploré.

La pierre angulaire de la stratégie Océan Bleu est l'innovation utile (value innovation, en anglais), une forme d'innovation qui crée de la valeur pour le client ainsi que pour l'entreprise2. En effet, selon les auteurs, l'innovation (sur un produit, un service, etc.) doit créer et augmenter la valeur pour les clients et, dans le même temps, réduire ou éliminer les caractéristiques du produit et/ou les services qui ont moins de valeur pour le marché actuel ou à venir. Kim et Mauborgne critiquent Michael Porter et ses stratégies génériquesqui limitent les choix possibles des entreprises à deux options stratégiques : la domination par les coûts ou le positionnement sur une niche de marché. À la place, les auteurs proposent de trouver de la valeur qui dépasse la traditionnelle segmentation de marché afin d'apporter cette nouvelle valeur découverte ET d'avoir des coûts bas.

Selon les auteurs, l'objectif des entreprises devraient donc être de créer en permanence de nouveaux Océans Bleus, ceux-ci, avec l'arrivée de concurrents ayant une stratégie d'imitation, ayant tendance à devenir des Océans Rouges.

Bref, bonne année 2013

Réseau apprenant territorial (Accès: Lecture : Public)

le 8 Novembre 2012 par François Duport   Commentaires (0)

Et si les formateurs, comme les professionnels de l’éducation, étaient eux aussi en demande d’acquérir les compétences numériques nécessaires à leurs métiers ? Et si cette communauté élargie pouvait construire un humanisme numérique et l’intégrer au quotidien dans des usages pédagogiques innovants ? Et si c’était la clé pour réduire la fracture des mésusages ? Le réseau FormaVia en Région Rhône-Alpes explore depuis quelques années des pistes d’avenir. Voici l’une d’entre elles.

FormaVia[1] est un réseau regroupant des acteurs de la formation continue et de la médiation numérique. L’objectif de ce programme financé par la région Rhône-Alpes est de professionnaliser ses acteurs au numérique pour qu’in fine, ces compétences soient diffusées auprès des stagiaires de la formation continue. Les membres s’organisent en communautés de pratiques pour partager leurs expériences et monter des projets. FormaVia fonctionne comme un laboratoire d’expérimentations et d’échanges autour de la question de l’intégration progressive des TIC dans le monde de la formation continue.

 

Transparence, participation, coopération

Trois piliers fondent l’organisation du réseau : transparence, participation et coopération.

  • Transparence : la production du réseau est en accès libre. Ils sont publiés sous licence Creative Commons[2], formant un bien commun.
  • Participation : les membres du réseau ont à disposition des outils (blog, wiki, etc.) pour publier et construire leur identité numérique publique, individuel et collective.
  • Coopération : ces outils servent également à collaborer et à travailler en réseau, prolongement des rencontres physiques. Ces espaces sont le reflet d’une construction commune.

Ces règles sont d’autant plus nécessaires que les acteurs du réseau sont dans des logiques de coopétition. En concurrence sur leurs marchés, les organismes peuvent coopérer sur le numérique qui impacte la pédagogie et l’organisation des structures. C’est aussi ce que  propose le mouvement OpenGov[3] comme le montre le schéma ci-dessous.

 

Sur le terrain, les formateurs sont en situation d’exclusion numérique. Selon différents témoignages, 60% des professionnels ont à peine un niveau de type B2I (brevet informatique et internet du niveau collège). La technologie est abordée avec le prisme de la FOAD (Formation Ouverte et à distance), mettant le numérique à distance de la salle de formation. Rares sont les formateurs qui utilisent le numérique comme un outil pédagogique, et encore moins le web 2.0. Bref, l’inégalité d’usages et de pratiques se joue aussi chez les professionnels en charge de l’encadrement de projets.  Comme le montre ce schéma, déclinaison du premier, c’est un changement de paradigme qui s’opère :

 

 

Culture numérique pour tous en Rhône-Alpes

En 2010, les membres du réseau lance la communauté « culture numérique pour tous en Rhône-Alpes ». Le terme culture indique que le numérique ne se limite pas à une compétence technique et procédurale, mais procède plus d’un nouvel humanisme numérique[4].

Après plus d'un an de travail, 15 « pionniers » du réseau ont contextualité le C2i2E (certificat informatique et internet de niveau 2 "enseignant") pour l'appliquer à la formation continue. Cette certification, délivrée par les universités habilitées, est obtenue sur la base d’un dossier de preuves démontrant des pratiques du numérique dans un contexte pédagogique.

En novembre 2011, un partenariat est monté avec la MINES (Mission numérique pour l'enseignement supérieur) et la Région Rhône-Alpes pour lancer une expérimentation. L’université de Lyon 1 (UCBL) encadre le dispositif pédagogique, évalue en vue de la certification. L’équipe d’animation du réseau Formavia facilite les échanges, organise les rencontres, pousse les participants à produire des contenus réutilisables. FormaVia est ainsi l’espace d’échanges et de valorisation des productions des participants de l’expérimentation.

Les 15 « pionniers »  du réseau ont dans un premier temps passé le C2I2E via la formalisation d’un dossier de preuve. Ils passeront devant le jury de l’Université Lyon 1 en juillet 2012 pour l’obtention de leur diplôme. Dans un second temps, plusieurs d’entre eux sont intervenus en tant que tuteurs, pour former au C2I2E une deuxième génération de formateurs. Vingt-six personnes participent à cette deuxième phase de l’expérimentation depuis janvier 2012. Ainsi la communauté apprenante s’élargit.

Pour FormaVia, le modèle pédagogique sous-jacent est celui du social learning[5] et du connectivisme[6] de Georges Siemens et Stephen Downes.

 

 

Par nature, le numérique est transverse. Il implique de nouvelles postures : apprendre de pair à pair et collaborer, démarches réflexives, représentation de soi dans les réseaux, bénéfices et risques des réseaux, etc.

Pour exemple, nous organisons des micro-conférences animées par les participants[7]. Chaque vendredi, une petite vidéo ouvre le sujet en 8 minutes. Cela donne lieu à une conversation téléphonique et à un compte rendu en temps réels avec un traitement de texte en ligne (Framapad). Ces conversations sont consultées par plusieurs centaines d’internautes. Ces micro-conférences sont reprises sur Facebook, Twitter et des sites institutionnels.  Elles valorisent la communauté apprenante en rendant visible leurs productions. C’est aussi une façon d’apprendre à gérer positivement les traces de son identité numérique professionnelles.

Appréhender une nouvelle culture nécessite du temps. Et ce temps d’apprentissage est extrêmement variable d’un individu à un autre. Ce n’est pas une formation, mais un espace d’incubation et d’exploration d’une culture en émergence sans être ni zélateur ni pourfendeur de la technologie. Mais un honnête homme en lien avec son époque. 

 

Le point de bascule

La communauté éducative (éducation nationale, formation supérieure, formation continue, éducation populaire, acteurs de l’orientation, travailleurs sociaux, etc.) se trouve exclue, elle aussi, de la culture numérique.

Le Rapport de Jean-Michel Fourgous[8], député des Yvelines, « Apprendreautrement » àlèrenumérique, seformer, collaborer, innover : unnouveaumodèleéducatifpouruneégalitédeschances est éclairant à plus d’un titre. Seuls 7% des enseignants possèdent aujourd’hui le C2i2e et seuls 37% des formateurs d’enseignants se disent à l’aise avec les TIC (contre 94% aux Pays-Bas). Or, tant que l’encadrement ne pourra avoir un avis éclairé sur la question, on peut difficilement envisager un enseignement éclairé.

Il n’est concevable de sensibiliser, former, rendre autonome autant de personnes avec des méthodes et des organisations traditionnelles. Cela représente des dizaines de milliers de professionnels. Une approche sectorielle serait vouée à l’échec parce que se limitant à une approche technique de l’entre soi. Or, le numérique est transverse, basé sur une hybridation d’usage et une nouvelle forme d’organisation sociale.

Dans une entrevue accordée, l’auteur Malcolm Gladwell dans son livre Le point de bascule[9] explique ce qu'il entend par « tipping point ». [...] certains phénomènes de société, ayant tout à coup comme atteint leur masse critique, se développent de façon aussi foudroyante qu'un virus. Le Tipping Point décrit ce moment précis où les choses basculent. L’objectif de la démarche est d’atteindre ce point de bascule.

Le principe est de fédérer les communautés innovantes en matière de pédagogie et de les aider à échanger, puis d’agrandir ce noyau dur auprès des personnes désirant compléter leurs connaissances du numérique. Les supports pédagogiques, les articles des membres sont publics, sous licence creative commons, et valorisent la communauté.

Faisons une analogie avec l’école mutuelle[10], créée en France au tout début du XIXe siècle pour donner une réponse de masse rapide à la scolarisation des enfants pauvres. Voici un extrait de l’explication de wikipédia : Dans l’école mutuelle, l'organisation est totalement différente des méthodes d'enseignement simultané qui prévalaient alors : un seul maître est nécessaire pour faire fonctionner une école jusqu'aux limites d'ordre architectural concernant la capacité d'accueil du bâtiment (jusqu'à plus de 800 élèves).

Cet apprentissage en réseau et de pairs à pairs permet de construire des grands groupes en réseau. Couplé avec la géolocalisation, on peut constituer des petits groupes de proximité. Ainsi, on pense global et on agit localement. Les ressources pédagogiques, produites par les participants ou provenant du web, sont des biens communs. L’ensemble permet de construire un réseau apprenant territorial où les profils, les documents, les compétences et centres d’intérêts sont reliés entre eux. L’investissement initial est principalement un coût d’infrastructure, et d’animation du réseau.    

La logique de la démarche s’adapte à d’autres secteurs d’activité. On pourrait, de la même manière, enclencher une démarche globale de compétences numériques professionnelles auprès des acteurs  en charge des politiques de la ville en créant un réseau d’échanges de savoirs.

François Duport

 

 

[1] Réseau FormaVia : www.formavia.fr

[2] La licence utilisée sur FormaVia est CC-BY,

  • Attribution: Toutes les licences Creative Commons obligent ceux qui utilisent vos oeuvres à vous créditer de la manière dont vous le demandez.
  • Partage à l’identique : Vous autorisez les autres à reproduire, diffuser et modifier votre œuvre, à condition qu’ils publient toute adaptation de votre œuvre sous les mêmes conditions que votre oeuvre. Toute personne qui souhaiterait publier une adaptation sous d’autres conditions doit obtenir votre autorisation préalable.

[3] OpenGov : lancé par l’administration de Barak Obama, cette « initiative » vise à créer un niveau sans précédent de transparence et d'ouverture du gouvernement. Elle se situe dans une tendance émergente qui est celle de l'Open source governance, pour permettre à tout citoyen intéressé de contribuer à créer les contenus de la Politique, et pour permettre aux gouvernements de mieux bénéficier des savoirs et savoir-faire locaux.

[4] Pour un humanisme numérique - Milad Doueihi - Editeur : Seuil (10 février 2011)

[5] Social learning : livre blanc http://www.entreprisecollaborative.com/index.php/fr/articles/129-livre-blanc-introduction-au-social-learning

[6] definition du connectivisme sur Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Connectivisme&oldid=49711309#Principes_de_Connectivisme

[7]  exemples de sujets abordés La carte heuristique ou carte mentale, Les grands principes de la veille pédagogique, La veille d'un animateur EPN, Creative Commons : l'auteur reprend ses droits, La curation : principes et outils, Ecrire pour le web, etc. http://c2i2e.formavia.fr/pg/pages/view/54149/

[8] rapport Fourgous : http://www.missionfourgous-tice.fr/missionfourgous2/

 [9] Le Point de bascule : Comment faire une grande différence avec de très petites choses -  Malcolm Gladwell , Daniel Charron Transcontinental (30 octobre 2003)

[10] L'école mutuelle : Une pédagogie trop efficace ? de Anne Querrien et Isabelle Stengers - Editeur : Empêcheurs de Penser en Rond (9 septembre 2005)

..afficher la suite [20 - 30]..