Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?
Télécharger en PDF Page lue par 1 membre(s) et 2739 affichage(s)

Vous avez dit MOOC ? C'est quoi ce MOOC ? (Accès: Lecture : Public)

le 1 Octobre 2013 par François Duport   Commentaires (0)

, ,

faq, culture numérique, ingénierie pédagogique

L’acronyme MOOC veut dire Massive Online Open Courses… qui peut être traduit dans la langue de Molière de différentes façons. Il donc préférable de reprendre chaque terme pour définir le phénomène.

Massive : le nombre de participants peut être de quelques centaines voire plusieurs milliers. Les premiers MOOC organisés par des professeurs de Stanford fin 2011 ont réuni plus de 150.000 participants, et certains ont dépassé sur Coursera les 180.000 inscrits. Les deux premiers MOOC francophones ITYPA et Gestion de projet ont réuni plus de 600 participants actifs pour le premier ; et 1 761 participants pour le second. Ce que l’on constate, c’est le nombre important de participants des pays du sud où le MOOC est le moyen d’accèder à la connaissance.

Open : le terme est un double sens en anglais. Il est tout d’abord ouvert à tous, indépendament de son âge, de sa profession, ou de son niveau d’étude. Pour le moment, les MOOC sont majoritairement pour gratuits. Mais ce n’est pas une règle absolue. De même pour les ressources pédagogiques, elles ne sont pas toutes, et loin de là, sous licence libre.

Online : c’est une formation à distance avec un début et une fin, un programme et des évaluations. Cela n’empêche pas l’hybridation avec des rencontres informelles de proximité, voire des cours en présence pour une partie des inscrits qui payent pour ce service supplémentaire.

Course : Les modèles pédagogiques par contre diffèrent. Globalement deux modèles pédagogiques dominent les xMOOC ou MOOC académique et les cMOOC ou MOOC connectiviste. Cependant, là encore, les modèles s’hybrident et se mélange.

 

MOOC Connectivisme versus MOOC instructiviste

Les xMOOC reposent sur le contenu (principalement de la vidéo) avec des séquences courtes de 15 minutes associé à un quizz. Ils reposent sur un modèle de pédagogie instructiviste, qui est celui que nous connaissons depuis des siècles : l’enseignement direct par un expert (le professeur) en relation avec un curriculum et ayant pour objectif l’apprentissage de connaissances  spécifiques par le biais de cours.

Cependant, on voit apparaître des éléments complémentaires comme l’évaluation par les pairs des exercices. En clair, un participant dépose son exercice et en échange doit évaluer cinq réponses d’autres participants. Un algorithme permet de pondérer les notes. Ce modèle est dominant dans l’offre universitaire anglophone. Les plateformes les plus connus sont Coursera, edX, Udacity avec derrière des universités comme le MIT, Stanford, etc.

Le premier MOOC connectiviste date de 2008 et a été conduit par les chercheurs canadiens comme Georges Siemens et Stephen Downes. L’apprentissage est décentralisé, le cours est co-construit avec les participants et où l’enseignant en charge a davantage un rôle de facilitateur des interactions que d’instructeur. Le focus est davantage sur les blogs, les lectures personnelles et les interactions que sur le rendu de devoirs et les examens. C’est dans cette catégorie que l’on retrouve le MOOC farncophone Itypa.

Pour aller plus loin, le blog de Mathieu Cisel est une mine d’information. Il suit le phénomène au quotidien et raconte de façon très pédagogique ce mouvement mondial.

Et surtout d’essayer, il suffit de consulter le programme des MOOC francophone, de s’inscrire à l’un d’entre eux et d’y participer. Pour FormaVia, nous allons organiser des ateliers pendant le MOOC Itypa. C’est le moment d’en profiter.

MOOC et formation continue

Le premier MOOC formation continue a été monté par une société d’intérim… qui avait besoin de faire monter en compétences ses intérimaires en html 5, langage très recherché sur le marché. En ouvrant sa formation à tous, cela a permis de proposer à certains participants de s’inscrire dans la société mais également d’augmenter son portefeuille client, couvrant largement les frais de cette formation gratuite.

Le monde de l’entreprise regarde le phénomène avec intérêt, surtout dans les grands groupes. C’est la suite logique du e-learning. Dans le monde la formation continue, le terme agit comme un repoussoir. Le modèle économique est périlleux.

Parallèlement, plusieurs phénomènes montent en puissance dans l’univers de la formation. C’est le mélange de ces différents ingrédients qui peuvent bousculer le monde la formation continue.

On pourra tout d’abord citer la classe inversée. Le principe est simple. On inverse les séquences. En amont, l’apprenant doit visualiser les explications de l’activité, étudie la partie théorique. En classe, on s’attaque à la pratique, au geste professionnel. Dès lors, le formateur joue un rôle d’accompagnateur et d’animateur d’activité. On est dans le concret et dans l’expérimentation de son apprentissage. Ce phénomène répond bien à la génération Y avec de courtes séquences vidéo. Et la classe se limite alors à la pratique et à l’échange entre apprentis.

La seconde tendance provient des FabLabs. Les fablabs (FABrication LABoratory) sont des ateliers de fabrication d'objets à partir d'outils numériques.  Les fablabs sont également des espaces collaboratifs qui permettent d’apprendre. Le Greta du Velay a ouvert son FormaLab depuis plus d’un an pour la formation pour adultes. Le bilan du faire soi-même est intéressant dans les apprentissages perçus : « Les compétences transversales sont le travail en équipe. « On s'entraide, on se donne des astuces. Plus tard, dans le travail, ça sera pareil. », apprendre par soi-même, l'autonomie, la minutie, le sens pratique. D'après leurs témoignages, ils ont globalement le sentiment d'apprendre mieux. » 

Le MOOC dans la formation continue est de réaliser des continuums et dépasser les opposés distance-présence, théorique -pratique, individualisation-collectif, numérique-vie réel. C’est que nous tentons aujourd’hui avec FormaVia et la communauté « Compétences numériques professionnelles ». De marier les approches, de réaliser des systèmes complémentaires comme celui que nous avons imaginé :

 

 

ouvert

Mixte

coaching

Organisation pédagogique

Parcours en ligne avec évaluation automatisée et par les pairs

8 ateliers pratiques répartis sur 8 mois

Accompagnement en vue de la certification C2i2e

Modalité pédagogique

Apprentissage social sous forme de communautés en ligne et d’échanges de pairs à pairs

Pratiques des outils web, expérimentation, projets  et retours d’expérience

Approche réflexive de ses pratiques

Nombre de participants

1 000 personnes

150 personnes avec des groupes de 12 à 20 personnes

50 personnes : individualisation et petits groupe de 6 à 8 personnes

Objectifs pédagogiques

Sensibilisation aux concepts et apprentissage en autonomie (apprendre à apprendre)

Développer ses pratiques numériques et l’innovation pédagogique

Devenir un référent TICE dans les structures

Temps de formation

60 heures

100 heures (60+40)

120 heures (60+40+20)

Prix

Gratuit

750 euros

1200 euros

Et vous quel MOOC vous tente ?