Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?
Télécharger en PDF Page lue par 3 membre(s) et 3552 affichage(s)

Inscrire le B2i adultes pour tous dans un territoire (3/4) (Accès: Lecture : Public)

le 3 Décembre 2010 par François Duport   Commentaires (0)

,

culture numérique

Si le B2i adultes était déployé sur un territoire, quels sont les préalables ? Comment organiser la démarche ?  Avec quelles modalités pédagogiques ?

Publics cibles 

Il est important que cela concerne tout le monde, sinon on risque de « coller une étiquette », de stigmatiser le dispositif et ce ne sera pas « la culture numérique pour tous en Rhône-Alpes » : B2i adultes pour tous, en formation, en situation professionnelle, ou non. Cela nécessite une communication adaptée auprès des bénéficiaires, et notamment des jeunes, en montrant l’intérêt de suivre un B2i.

Organisation

Avec la circulaire du 27 mai 2010, tout organisme public ou privé intervenant dans le champ de la formation ou de l'initiation aux TIC  peut demander l'agrément ainsi que l'habilitation du formateur. Les DAFCO sont chargées de la mise en œuvre du dispositif.  Il conviendra d’organiser une articulation entre les actions DAFCO et Région sur ce sujet.

Sur le terrain

Le marché peut s’articuler autour de deux axes :

 

  • cursus obligatoire dans tous les parcours de formation pour valider des compétences
  • mise à disposition d’un chéquier / dispositif type ticket net pour les autres bénéficiaires.

 

La mise en réseau des acteurs en charge de ce programme est nécessaire :

 

  • Favoriser les collaborations EPN / OF en passant par les têtes de réseaux EPN et en favorisant les conventions selon un modèle type.
  • Préciser le positionnement des différents EPN vis à vis du B2i ( centre de formation, point d'accès à la FOAD, point d'information du B2i, autres).
  • Rassembler les acteurs qui travaillent au développement de la culture numérique sur un espace commun.

 

Financement

Le financement du B2i adultes doit provenir de : Région, Etat, Europe, Entreprises, CIF, DIF, FSPSPP, (Fonds pour la sécurisation des parcours), etc. Cela rentre dans les programmes e-inclusion ; et les financements doivent être ouverts à tous (EPN, OF).

Un financement de type « chèques parcours » permettrait d’être en mesure d’individualiser et de naviguer entre les structures. Il convient enfin de définir une clé de répartition financière  entre OF et EPN pour la formation à distance. La FOAD n’est plus financée au niveau de la Région Rhône-Alpes, ni par les OPCA.

Modalités pédagogiques

L’acquisition du B2i doit pouvoir se faire dans des modalités ouvertes (à distance, en présence, dans un EPN, un OF, chez soi, de façon formelle ou non formelle). C’est le dossier de preuves qui est la clé du système. Dans ce cadre, la FOAD est adaptée à certains contextes mais pas à tous. Les échanges montrent ces points de vue.

Ainsi, pour certains, il est impératif de proposer un accompagnement au démarrage puis un parcours adapté en fonction des besoins (rythme individualisé, limiter les déplacements quand possible, …). Il faudra définir un « socle de base » en présenciel pour obtenir un minimum d'autonomie des apprenants.

Pour d’autres, l'accès via les  EPN n’est pas forcément nécessaire, cela dépend de l'équipement des personnes et de leur autonomie. Pour certains publics (en ville, équipé, maîtrisant l’informatique …) le tout distanciel peut être envisagé.

Enfin, il y a un vrai intérêt de faire du distanciel dans ce parcours, mais avec tutorat.

Une FOAD doit être construite mais cela prend du temps, il faut un cahier des charges. Il faudra sans doute imaginer des parcours 100% présentiel, des parcours de type blended learning, des parcours à distance avec tutorat, des parcours en auto-formation, et enfin des parcours qui mixe toutes ces modalités. Chacun est bien conscient que cette modalité dépend des contextes et des populations cibles.

Ressources et suivi des utilisateurs

Portail de ressources et réseau de référents

Un portail dédié au B2i adultes recensant les ressources existantes sur le sujet et les scénarios d’usages possibles est une réponse qui fait l’unanimité. D’autant qu’il existe une multitude de contenus utilisables en autoformation ou en tutorat.  Les licences Creative common présentent un intérêt pour construire des parcours à partir de ressources existantes. Dans la même veine, il serait intéressant de produire des micro-supports, construits en liaison avec l’outil de positionnement et accessibles au grand public. Dans tous les cas, il faut produire ou utiliser des supports interactifs (video, etc.).

La mutualisation n’est plus un frein, elle peut même servir de dynamique pour valoriser les productions des uns et des autres dans le cadre d’une action commune.

Suivi des utilisateurs

Pour les suivis des utilisateurs, il y a nécessité d’un groupe de travail sur le référentiel B2i adultes et son dossier de preuves (critères de compétences). Il est possible de s’appuyer sur l’expérimentation B2i de 2009. Les DAFCO (en charge du déploiement B2i) doivent proposer une démarche de validation de compétences. Pour les personnes présentes, la validation des compétences se fait sur des scénarios d’usages plutôt que sur des compétences bureautiques.

En ce qui concerne le suivi des apprenants, on pourait s’appuyer sur le GIBII (gestion informatisée du B2i, par l’Université de Bordeaux)  en l’adaptant au contexte de la formation continue. Dans tous les cas, il faut un outil ultra simple qui permette de suivre la validation des compétences, d’un organisme habilité à un autre

Une compétence clé !

Nous sommes tous conscients que le numérique est devenu une compétence clé. Au-delà des approches, Il convient de partager ensemble des objectifs communs. Est-ce que cette approche est la bonne ? Que pense-vous de cette ébauche de programme ? Déposez vos remarques, elles permettront d’enrichir cette réflexion en cours. 

Pour aller plus loin