Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?

Février 2013

De la classe inversée aux MOOC, une veille active (Accès: Lecture : Public)

le 26 Février 2013 par François Duport   Commentaires (0)

, ,

actualité, culture numérique

La veille sur les réseaux permet de repérer des tendances, des pratiques innovantes et ses usages. FormaVia propose un fil de veille où sont rassemblés ses trouvailles, actualisé chaque jour. Deux sujets ont fait l'actualité ces derniers mois et questionnent l'organisation pédagogique : les MOOC et la classe inversée. Présentation de ces phénomènes.

 

 Classe inversée : le principe est simple. Vous mettez à la disposition de vos stagiaires des ressources pédagogiques à consulter avant la formation. Ces apports théoriques sont proposées sous forme de vidéos plus agréable que de longs textes ou présentations. Le temps de formation est exclusivement consacré à des exercices pratiques et à du soutien personnalisé.  L'objectif est d'être d'avantage dans le faire que dans le savoir. L'avantage surtout, c'est que le temps de la formation devient avant tout un temps d'échanges collectif et d'entraide entre les participants au plus prêt du geste professionnel. Beaucoup de variantes sont possibles, mais la finalité est de passer d’un modèle centré sur le formateur à un modèle centré sur le stagiaire afin de répondre aux besoins individuels de chacun. De nombreuses ressources et témoignages existent en ligne. A chacun ensuite d'inventer sa propre recette. 

MOOC: cet acronyme désigne des cours en ligne ouverts et massifs(en anglais Massive Open Online Course). Le sujet fait polémique. Actuellement, il y a deux approches pédagogiques. Le premier, surnommé xMOOC, consiste à proposer de la ressource pédagogique gratuite avec une progression pédagogique autonome. On est très proche de modèle d'autodidactie. Actuellement seuls 10 % des participants parviennent jusqu'au bout du cours. Le second - cMOOC - est basé sus le modèle connectiviste, ou la connaissance n’est pas définie en amont, mais elle se construit au fur et à mesure que le cours se déroule. Les ressources d’information sont illimitées et chaque participant peu choisir ses propres sources, ses propres contenus afin d’apprendre et construire les savoirs. Ainsi, les cMOOC reposent sur la génération du savoir par les apprenants et leurs interactions. Ce modèle gratuit perturbe singulièrement les organisations éducatives. Et chacun cherche un modèle économique pérenne.  Cette webographie vous donnera tous les liens pour aller plus loin. 

ITyPA - Internet Tout y Est Pour Apprendre - a été le premier MOOC francophone sur le thème "construire son réseau social pour apprendre". Toutes les ressources et échanges sont à votre disposition. Une exploration s'impose. Mais le plus simple est d'essayer. Vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire à deux MOOC francophones qui se dérouleront en 2013 : ABC de la gestion de projet et ReSOP : Les réseaux sociaux comme outils pédagogiques

Au travers de ces deux exemples, le numérique est mis au service d'une pédagogie de plus en plus hybride nécessitant de mixer présence/distance, enseigner/apprendre, dans l'espace et le temps. C'est ce que propose Marcel Lebrun de l'institut de Pédagogie universitaire catholique de Louvain dans sa présentation sur le thème : Des espaces-temps pour la formation et l'apprentissage. De même, la future plateforme Claroline Connect sera centrée non sur le cours, mais sur l'activité.